Vitaly Samoshko

“Langrée façonne Liége”

Posted in Press clippings by fvc on September 16, 2002

Langrée façonne Liége
Didier HEMARDINQUER
L’EST RÉPUBLICAIN
2002.09.16
L’ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE LIEGE,

Le chef français a imprimé sa marque sur l’orchestre belge.
Besançon a eu droit à une très belle 7e symphonie de Beethoven.

BESANÇON. Programme entièrement consacré à Beethoven, samedi au Kursaal de Besançon, où l’Orchestre Philharmonique de Liège, placé sous la direction de son chef, Louis Langrée, a débuté son concert avec l’ouverture ” Léonore II “.

Sûrement pas l’œuvre la plus inspirée de Beethoven. D’ailleurs, le compositeur lui a préféré une autre version pour introduire son opéra ” Fidelio “. L’orchestre en a cependant dégagé des accents pré-wagnériens intéressants.

Cœur du concert Le triple concerto pour violon, violoncelle et piano a bénéficié de la fougue de trois jeunes solistes, lauréats des concours internationaux.

La violoniste Ning Kam, originaire de Singapour, a une belle assurance, même si le son n’a pas toujours toute l’ampleur requise. Le violoncelliste David Cohen est un talent très prometteur. Lui aussi n’a pas une grosse projection de son. Mais, il a un sens lyrique très aigu. Son vibrato est un peu trop marqué. Le pianiste ukrainien a beaucoup de présence et une forte personnalité qu’il sait tempérer pour ne pas couvrir ses confrères.

Cette partition de Beethoven a pour rôle premier de mettre en valeur la qualité et la virtuosité des solistes et d’offrir la forme du concerto à trois instruments qu’on a davantage l’habitude d’entendre en formation de chambre.

C’est peut-être ce qui fait que cette page hybride hésite entre le brio du concerto et l’intimisme du trio.

Beaucoup plus aboutie, la Troisième Symphonie dite Héroïque mérite bien son nom. Par sa longueur qui requiert de la part de l’orchestre et de son chef de bien architecturer l’œuvre pour lui maintenir toute son intensité dramatique.

Louis Langrée a su insuffler à la formation liégeoise sa vision d’ensemble. Et il a offert une sublime March funèbre faisant jaillir la musique des entrailles des instruments.

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s